Coronavirus : les efforts des autorités sanitaires pour éviter l’épidémie en Guinée !

Depuis son apparition, le coronavirus s’est répandue comment une poudre à l’échelle internationale et le nombre de morts augmente considérablement.

De nos jours, au moins 490 personnes atteintes du nouveau coronavirus appelé 2019-nCoV sont mortes en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao). La plupart des décès sont enregistrés à Wuhan et dans sa province du Hubei, foyer d’origine de ce virus, selon un bilan officiel mercredi.

En Guinée, les mesures sanitaires ont été prises pour écarter tout risque de coronavirus. Les pays ont été altérés par de l’organisation mondiale de la santé sur les risques de l’épidémie de coronavirus. Depuis, la Guinée, connaissant les risques liés aux épidémies a mis en place un système de contrôle matérialisé par la présence des caméras thermiques et des Thermoflash sur tous les points identifiés par l’Agence Nationale de Sécurité sanitaire, notamment à l’aéroport, mais aussi au port de Conakry et ceux de l’intérieur du pays.

Ces dispositifs permettront de détecter les cas de fièvre. Selon le Dr Sakoba Keïta, directeur de l’agence nationale de sécurité sanitaire, 98,8% des
cas de coronavirus ont présenté des signes de fièvre.
Ainsi, l’aéroport international de Conakry, le port autonome de Conakry, le port de Boké, de Kamsar et de Boffa ont été retenus et des agents formés en épidémiologie ont été affectés pour écarter servir de veille.


Les consignes des autorités sanitaires sont claires : « tout cas de fièvre détecté où présentant des symptômes similaires à ceux du coronavirus doit être placé à l’isolement », suggère le Dr Sakoba Keïta,
directeur général de L’ANSS. Trois centres de traitement épidémiologique ont été aménagés à cet effet; le centre de traitement de Nongo, le centre de Kindia et le celui de Boké. Les centres
d’opérations d’urgence de l’agence nationale de sécurité sanitaire ont été également réactivés et mis en veille. Ce jour, 38 centres d’opérations d’urgence de santé publique sont opérationnels dans les
différents districts sanitaires.

En terme de logistiques et d’équipements, la Guinée connaît des avancées significatives. Car, le cas suspect détecté à l’aéroport international de Conakry, le lundi 03 février, a été vite diagnostiqué dans au moins deux laboratoires avant d’être déclaré négatif ce mardi.

Sur cette question d’efficacité, le Dr Sakoba Keïta rassure : « nous n’avons pas besoin d’envoyer des échantillons des prélèvements d’un cas suspect à l’étranger pour des analyses, cela prendra du temps. Par contre, nous disposerons de 3
laboratoires d’analyses capables de fournir les résultats d’analyses en 48 heures seulement
 » affirme t-il.

Les autorités de l’agence nationale de sécurité sanitaire et les partenaires de la Guinée dans le secteur de la santé se disent confiant à ce jour, de capacité de riposte du pays à toute éventuelle épidémie. L’ANSS sous d’œil vigilant du Ministère de la santé exhorte les populations à observer à la lettre l’ensembles des recommandations diffusées dans les spots publicitaires et à travers les médias traditionnels ainsi que les réseaux sociaux. Ses recommandations sont entre autres le lavage régulière des mains au savon et à l’eau, se couvrir le nez avec un mouchoir où un masque médicalisé, éviter les contacts détroit avec les personnes qui ont de la fièvre mais aussi alerter les autorités sanitaires en cas de fièvre , de la toux, des difficultés respiratoires…

Si les recommandations sont respectées, les autorités sanitaires estiment qu’avec les mesures prises à ce jour, le coronavirus ne passera pas par la Guinée.


Mamadou Kindy BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *