jeudi 18 juillet 2024 :
Kitikata entre défis climatiques et problème d’accès aux soins médicaux
Guinée : l’ANSS annonce des épidémies dans plusieurs districts sanitaires
Focus sur Docteure Rose Ekambi Kotto, enseignante chercheuse en dermatologie à l’Université de Douala
Que retenir des 5èmes journées scientifiques de la SOGUIDERM ?
Quelle est la cause de la lumière aperçue dans le ciel à Conakry et dans certaines villes de Guinée ?
Journée mondiale de l’environnement, suspension de la coupe, du transport de bois en Guinée

Alerte à Gaoual : qui détruit la forêt communautaire de Dounki Bamba ?

Dans la préfecture de Gaoual, située au nord-ouest du pays, certains jeunes affirment sans équivoque que la forêt communautaire de Dounki Bamba, située dans la sous-préfecture de Kakoni, est sérieusement menacée par un exploitant local. Une grande partie de la forêt a été dévastée, suscitant l’inquiétude de nombreux acteurs de la société civile qui pointent du doigt certaines autorités locales.

Situé à près de 70 km de la commune urbaine de Gaoaul, Kakoni, autrefois réputée pour sa préservation de l’écosystème, a vu ses valeurs environnementales décliner au cours des trois dernières années. Selon Mamadou Aliou Diallo, président de l’Association des Jeunes et Amis de Kakoni (AJAK) et Secrétaire Général du Conseil Préfectoral des Jeunes de Gaoual, cette destruction est le résultat d’une collaboration entre le maire de Kakoni, le chef cantonnement local et des entrepreneurs. La dissolution annoncée des conseils communaux aurait exacerbé la déforestation, les responsables locaux agissant avec plus d’audace en raison de leur départ imminent.

« Pratiquement depuis 2 ou 3 ans, le maire a commencé cette campagne de destruction de l’environnement à Kakoni. Mais depuis l’annonce du Gouvernement concernant la dissolution des conseils communaux, ils ont intensifié encore la déforestation parce que selon ce qu’on dit, ils vont quitter très bientôt”, dénonce Mamadou Aliou DIALLO, Secrétaire général du conseil préfectoral des jeunes de Gaoual. 

Malgré son passé de préservation, Kakoni est aujourd’hui menacée par les activités humaines, avec la complicité tacite des autorités chargées de protéger l’environnement. Cependant, l’AJAK refuse d’abandonner la bataille pour la préservation de la forêt. Après avoir constaté de manière approfondie les coupes abusives de bois dans la forêt communautaire, l’association a déposé plainte contre les autorités locales auprès du Tribunal de Première Instance de Gaoual.

“Une fois que j’ai été alerté, j’ai pris certains jeunes et les sages de la communauté pour faire le constat. Arrivés sur le terrain, nous avons constaté effectivement que la seule forêt communautaire que nous avons à Dounki Bamba a été attaquée et nous avons pris des images. J’ai remonté l’information au niveau du responsable eaux et forêts de la commune urbaine de Gaoual qui m’a mis en contact avec le chef cantonnement de la sous-préfecture de Kakoni. Après nous sommes allés ensemble sur le site et il a effectivement confirmé les faits. Même le maire a confirmé quand il a été interpellé pour aller faire le constat. Après concertation, le service eaux et forêts m’a signifié que le dossier est déjà devant la justice” explique Mamadou Aliou Diallo.

image 2 e1711352782397
image 1 e1711353142922

Interrogé sur les allégations de complicité avec les exploitants forestiers, le maire de Kakoni, Alpha Ousmane Diallo, a nié toutes les accusations. Cependant, il a admis que des coupes de bois étaient effectuées à des fins communautaires, conformément à la loi guinéenne, pour la construction de ponts par exemple. “La forêt de Kakoni n’est pas menacée. C’est une forêt communautaire et c’est vrai il y a la coupe du bois parfois, mais c’est si les gens en ont besoin pour faire leur pont. Donc, les bois qui ont été coupés dans la forêt communautaire c’est pour faire le pont et non pour des fins commerciales, se défend le maire de Kakoni.

Autrefois, les activités d’exploitation forestière et les feux de brousse étaient strictement contrôlés, mais aujourd’hui, l’avenir de la forêt de Dounki Bamba reste incertain en raison des attaques répétées constatées ces derniers temps. La préservation de la forêt communautaire de Dounki Bamba nécessite une action urgente. Il est impératif que les autorités locales et la société civile unissent leurs forces pour protéger cet important écosystème pour les générations futures. Il est important de rappeler que la préfecture de Gaoul est actuellement l’une des plus chaudes du pays, en ce mois de mars, les températures avoisinent les 40°C.

Mamadou Kindy BAH et Alpha Oumar Bagou BARRY

Partagez l'Article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Telegram
WhatsApp
Email
Oumar Bagou

Oumar Bagou

Autres articles

Pèche

Élevage

INTERVIEWS

WEB RADIO

GalErie

Suivez-nous