Covid-19 à Faranah : les conséquences de la pandémie ont mis le secteur de l’élevage en souffrance

Les effets du coronavirus sur le secteur de l’élevage sont encore largement qualifiés et se font pleinement sentir dans la vie des éleveurs et des consommateurs de viandes à Faranah. Des évaluations formelles n’ont pas encore été possibles, mais des observations actuelles révèlent des perturbations dans les filières animales. Le directeur préfectoral adjoint de l’élevage à Faranah, Abdoulaye Dramé, nous a rapporté les difficultés rencontrées jusque-là depuis le début de la pandémie, chez Universciences.

Sans doute le secteur de l’élevage a subi comme d’autres des perturbations énormes dans la bonne marche des activités. Il fallait immédiatement trouver des mesures palliatives pour éviter un arrêt total de la filière.

« Le secteur de l’élevage s’était associé à la direction préfectorale de la santé, on a créé une association commune, ‘’ une santé pour tous’’, on a mis en un comité, j’appartenais au comité ; on sortait avec l’équipe de la DPS, pour aller dans les sous-préfectures, pour sensibiliser, informer nos parents largement pour pouvoir lutter contre le covid-19 », a rappelle Abdoulaye Dramé, directeur préfectoral adjoint de l’élevage à Faranah.

Les premières dispositions de la Direction

La direction préfectorale de l’élevage de Faranah a elle aussi pris des dispositions allant dans le sens d’ appeler les éleveurs pour plus de vigilance à éviter surtout les viandes d’animaux et aussi de respecter les gestes barrières édictées par l’Agence nationale de sécurité sanitaire.

« Dès le début de la pandémie, la direction a demandé à tous les éleveurs d’éviter de prendre contact avec la viande de brousse, présentement. Et encore également d’éviter l’abattage des animaux sauvages, puisqu’on dit que le contact avec ces animaux  peuvent être à la base du contact avec la maladie », a expliqué le directeur préfectoral adjoint de l’élevage.

Le secteur fortement touché

Cependant, le secteur de l’élevage a été fortement impacté par le blocage des transhumants et la réduction drastique des échanges dans les marchés hebdomadaires qui ont été fermés par un bon moment.

Le soutien du secteur de l’élevage est prioritaire

Par ailleurs, il faut rappeler l’urgence qui se pose à venir en aide à ce secteur d’activité socio-économique qui est d’une grande importance dans le développement économique d’une nation.

 

Amadou Diallo et Mamadou Kindy Bah, de retour de Faranah, pour l’AJSG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.