samedi 13 avril 2024 :
Sauvegarde des données informatiques : quelques conseils pratiques de Bakaramoko KABA
Projet Terra Africa : les journalistes bénéficiaires guinéens formés sur le Fact-checking
Alerte à Gaoual : qui détruit la forêt communautaire de Dounki Bamba ?
Journée Mondiale de l’Eau en Guinée : entre discours officiel et réalités critiques !
Guinée : plus de 600 000 hectares de forêts ont été perdus ces dernières années 
Faut-il toujours extraire une dent pour se débarrasser de la douleur ?

Après deux jours d’échanges, le congrès de la Société Guinéenne de la Médecine Interne prend fin

Plusieurs acteurs du monde médical se sont réunis à Conakry du 04 au 05 octobre pour le deuxième congrès international de la Société Guinéenne de Médecine Interne.  Des chercheurs de la Guinée mais aussi de sous-région ont échangé sur le thème : “Médecine Interne et Transition Épidémiologique en Afrique”.

L’objectif majeur de ce congrès est d’analyser les maladies non transmissibles à la lumière de la transition épidémiologique en cours, qui voit l’augmentation des maladies infectieuses coexister avec les maladies non transmissibles« Il est important de déterminer le lien et la convergence entre ces deux types de maladies », a précisé le Pr Mohamed Cissé, porte-parole du Collège Ouest Africain des Médecins, Chapitre Guinéen.

Transition épidémiologique 

Ce congrès s’est principalement concentré sur la transition épidémiologique qui s’opère en Afrique en général et en Guinée en particulier. Il y a quelques décennies, la médecine africaine et guinéenne était principalement axée sur les maladies infectieuses. Cependant, ces derniers temps, grâce à une meilleure prise en charge de ces pathologies infectieuses, d’autres pathologies telles que l’hypertension artérielle, le diabète, et les cancers, ont été révélées.

« Aujourd’hui, nous assistons à la montée des maladies infectieuses d’une deuxième catégorie, notamment le diabète, l’hypertension et autres, d’où la transition épidémiologique. Nous avons discuté de nombreuses pathologies, notamment les maladies systémiques qui peuvent affecter divers organes, ainsi que des maladies rares en médecine interne », a précisé le Dr Ibrahima Kalil Shiaman Barro, président de la Société Guinéenne de la Médecine Interne.

La Société Guinéenne de Médecine Interne organise son deuxième congrès avec un thème pertinent qui parle de ces maladies non transmissibles de la transition épidémiologique, reparti en des sous-thèmes sur les maladies chroniques non transmissibles, les maladies émergentes et réémergentes, les maladies auto-immunes et auto-inflammatoires qui ont fait l’objet de communication par les professeurs Abdoulaye Pouye et Souhaibou Ndongo du Sénégal et aussi les professeurs Amadou Kake et Mohamed Maciré Soumah de Guinée, tous conférenciers du congrès.

Amadou Dari Diallo

Partagez l'Article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Telegram
WhatsApp
Email
Oumar Bagou

Oumar Bagou

Autres articles

Pèche

Élevage

INTERVIEWS

WEB RADIO

GalErie

Suivez-nous