Lola : le Covid-19 a bouleversé les activités des femmes leaders de la Guinée forestière

Le groupement union des femmes leaders de la Guinée forestière, a connu un bouleversement dans ses activités : rupture d’écoulement des produits, envolé des prix, baisse de la récolte… Nos envoyés spéciaux – Aissatou Barry et Lancinet Sidibé ont rencontré Solange Gouhara, assistante de la présidente de l’Union des Femmes Leaders de la Forêt ; à Lola, 900 km de Conakry. Elle s’est confiée à Universciences sur les difficultés rencontrées durant cette période de crise sanitaire.

Si l’on pense aux préjudices que la pandémie a causés aux femmes, on peut avoir le sentiment qu’il n’y pas d’occasions de se réjouir. L’épidémie a touché fortement les femmes : leur niveau de vie a baissé, leur exposition au virus est plus forte, leur quantité de travail domestique a augmenté.

Le quotidien ébranlé

Réunis dans un groupement agricole, ces femmes ont vécu dans l’angoisse depuis le début de la crise sanitaire. Elles ont vu leur quotidien bouleversé, dans les activités qu’elles pratiquent. « Le covid-19 a joué sur le calendrier agricole, depuis que le monde est monde, en forêt ici, le riz n’est jamais monté à 7500 FG. Quand vous vous rendez dans certains groupements, de la façon dont les femmes sont habituées à faire leur récolte ; il y a des groupements où la récolte baisse. Et quand elles viennent au marché, la livraison ne se fait pas, c’est devenu très difficile. Avec le confinement, ceux qui devaient quitter l’extérieur pour venir payer nos produits, ne peuvent se déplacer. Et aussi on arrive plus à trouver des produits phytosanitaires, pour les cultures. Franchement, l’impact de la covid-19 est multiples », précise Solange Gouhara, assistante de la présidente de l’union des femmes leaders de la forêt.

A tous les niveaux de la vie sociale, économique, éducative pour les enfants, le covid-19 a apporté des mesures restrictives poussant les femmes à obéir au grand dam des activités génératrices de revenus qui viennent en aide aux besoins fondamentaux de chacune de leur famille respective. Une équation difficile à résoudre. « Cette situation agit sur nous. Sur le plan des études, nos enfants sont restés 3 mois, sans aller à l’école. Ceux qui sont des écoles privées sont à la maison, avec des scolarités payées d’avance », affirme – t –elle.

Des messages de sensibilisation

Pour trouver solution aux multiples qui assaillent la vie des familles, les femmes réunis au sein de ce groupement n’ont pas baissé les bras, en organisant des conférences de sensibilisation à l’endroit de la communauté, tout de même en convaincant quelques maris qui émettaient des doutes pour la prise des vaccins. « En tant que femmes, nous avons commencé à sensibiliser tous nos maris et beaucoup de groupements pour qu’ils aillent prendre le vaccin. Et nous en avons appelé à la propreté à la maison, au lavage des mains et au port du masque. Pour ce faire, nous les femmes avons été les premières à aller faire du porte à porte dans les familles pour que les gens comprennent que ce problème de covid-19 n’est pas du tout facile. Nous avons eu à faire des conférences ; nous avons été encore la cause pour que nos maris se rendent compte de l’enjeu de cette maladie. Même aussi pour que les gens partent se faire vacciner, nous sensibilisons davantage », se réjouit l’assistante de la présidente des femmes leaders de la forêt.

La pandémie de covid-19 a eu de lourdes conséquences sur les femmes de ce groupement, comme sur de nombreuses autres personnes aux quatre coins du pays. Ces femmes voient leurs activités agricoles plus fortement perturbées, ce qui est d’autant plus inquiétant qu’elles ont plus de mal à accéder aux ressources productives.

Le groupement fait preuve de résilience

Pourtant, malgré les difficultés auxquelles elles se heurtent, le groupement union des femmes leaders de la Guinée forestière, fait preuve de résilience face à la crise, et leur travail revêt un caractère déterminant dans la lutte contre la faim dans le pays.

 

Propos recueillis : Aissatou Barry et Lancinet Sidibé

Décryptage : Amadou Dari Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *