VIH : près de 293.000 nouvelles infections supplémentaires entre 2020 et 2022 (ONUSIDA)

La Guinée à l’instar des autres pays célèbre la journée internationale de la lutte contre le VIH SIDA ce 1er Décembre 2020 dans un contexte de pandémie de covid-19.

Bien que des progrès ont été accomplis à travers le dépistage et la prise en charge, mais également la sensibilisation et la distribution de préservatifs, beaucoup reste à faire à ce jour en Guinée. Pour Dr Germain IFFONO, coordinateur du projet de la lutte contre la tuberculose et le VIH SIDA au compte D’asile pour la zone de la basse Guinée, la prévalence du VIH spécifiquement pour la zone de la basse Guinée et concernant les professionnels de sexe et les homosexuels, la prévalence à tendance a chuté en 2020 comparativement à l’année 2018.

«Cela est la résultante de nos interventions en basse Guinée dans le cadre de la
prévention, de l’offre du paquet minimum à travers la sensibilisation et la distribution des
préservatifs » ajoute-t-il.

Même si la lutte se mène sur divers front, 110.000 personnes vivent avec le virus du SIDA en
Guinée. Médecin sans frontières a tiré la sonnette d’alarme hier Lundi au CHU de Donka sur le problème de disponibilité des antirétroviraux dans le pays. Un facteur qui ralentit les efforts dans cette lutte.

Selon Dr Germain IFFONO, le problème se situe à trois niveaux : premièrement, la non vulgarisation des droits réservés aux populations vulnérables, une population sur laquelle le taux de prévalence est élevé ; deuxièmement, c’est le prévention, c’est aussi le dépistage ; troisièment , c’est la prise en charge où il faut reconnaitre qu’il y’a parfois une rupture de stock en médicaments.

Si certains pays ont réussi à résister à la pandémie de Coronavirus, les autres épidémies comme le VIH SIDA, le Paludisme entre autres sont peu suivi en cette période pandémique.

« Il pourrait y avoir entre 123.000 et 293.000 nouvelles infections supplémentaires par le VIH
entre 2020 et 2022. Le nouveau coronavirus pourrait être responsable cette année et les
deux suivantes de 69.000 à 148.000 décès supplémentaires liés au sida », estime ONUSIDA.

 

Mamadou Kindy BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *