mardi 29 novembre 2022 :
Santé Publique : des professionnels ont échangé durant 2 jours sur les possibilités de renforcement du secteur
Occupation anarchique sur les bas-fonds à Conakry : une réelle menace de la biodiversité
COP27 : un ouf de soulagement pour les pays du sud, mais aucune avancée sur les émissions.
Enseignement supérieur : l’ANAQ présente ses résultats d’évaluation, l’UGANC affiche le vert  
Les macroalgues, une ressource encore inexploitée au Sénégal
Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique : le Dr Mamadou Péthé Diallo dresse son bilan

INSP : à la rencontre de Penda Maladho, responsable du laboratoire qui traque le coronavirus en Guinée

A VPN is an essential component of IT security, whether you’re just starting a business or are already up and running. Most business interactions and transactions happen online and VPN

Depuis le début de l’épidémie de Coronavirus en Guinée, Docteur Penda Maladho Diallo, responsable laboratoire biologie moléculaire test covid-19 à l’INSP et son équipe sont sur la ligne de front. Le laboratoire de santé publique de Guinée, situé au pont du 8 novembre, dans la Commune de Kaloum, mène les tests de détection du covid-19. Fière d’être la seule et unique femme, responsable, d’un des laboratoires dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, Docteur Penda parle à Universciences de son travail depuis le début du covid voyageur qui n’est pas certes de tout repos.

De jour comme de nuit, l’équipe dynamique conduite par Docteur Penda Maladho Diallo traque le covid-19, notamment à l’aéroport de Conakry. Avec l’ouverture des frontières aériennes, les activités de détection se sont multipliées. « Tout ce que nous faisons au laboratoire en matière de santé en général, à la fin, c’est la satisfaction des clients. Donc mon combat, c’est comment faire pour que l’échantillon qui vient d’un client soit bien analysé avec des résultats concrets, » rassure  Docteur Penda.

Un métier d’amour et de profession

La responsable test covid-19 fait son métier avec amour et  professionnalisme et ne cesse de former l’équipe qui travaille avec elle. Un petit plus qu’elle a pu apporter à l’Institut national de santé publique est illustratif. « Pour la petite histoire, cette unité de biologie moléculaire n’existait pas à l’INSP. Quand elle a été ouverte en 2014, c’est moi qui ai commencé ; on ne faisait que du VIH/SIDA. Donc, c’est moi qui l’ai mise en place, c’est moi qui ai formé toute l’équipe qui travaille sur la biologie moléculaire dans cet Institut, » rappelle Maladho Diallo.

Une pression de trop

Tout travail est couronné de difficultés, cette femme de laboratoire revient sur la pression que les voyageurs exercent sur elle et son équipe afin d’entrer en possession de leur résultat pour accéder à l’embarcation.

« La difficulté que nous rencontrons, est le fait qu’avec covid voyageur ; le temps pour les voyages, il faut venir 72 heures avant et certaines personnes ne comprennent pas ça, elles attendent à quelques heures du voyage pour venir faire le prélèvement et mettre la pression pour dire que s’ils n’ont pas leur résultat, ils ne pourront pas accéder à l’avion. Et le manque de résultat est susceptible pour le client de ne pas voyager, bien que cela à un coup. Aussi que nous voulons satisfaire tout le monde, malgré cette pression qui nous traverse, » confie la responsable.

Une responsable soucieuse de bien faire ses travaux d’analyse

La responsable du laboratoire de test covid-19 est soucieuse de bien faire ses travaux d’analyse sur les échantillons des clients qui désirent se faire dépister. Un moyen primordial de lutter contre le coronavirus.

On le rappelle, l’Institut national de santé publique est le laboratoire d’analyse phare du pays avec à la clé (le laboratoire de Nongo, celui du 8 novembre mais aussi celui du CERFIG).

 

  Propos recueillis par Aliou DIALLO 

  Décryptage : Amadou Dari DIALLO 

Partagez l'Article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Telegram
WhatsApp
Email
Oumar Bagou

Oumar Bagou

Autres articles

Pèche

Élevage

INTERVIEWS

WEB RADIO

GalErie

Suivez-nous