mardi 29 novembre 2022 :
Santé Publique : des professionnels ont échangé durant 2 jours sur les possibilités de renforcement du secteur
Occupation anarchique sur les bas-fonds à Conakry : une réelle menace de la biodiversité
COP27 : un ouf de soulagement pour les pays du sud, mais aucune avancée sur les émissions.
Enseignement supérieur : l’ANAQ présente ses résultats d’évaluation, l’UGANC affiche le vert  
Les macroalgues, une ressource encore inexploitée au Sénégal
Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique : le Dr Mamadou Péthé Diallo dresse son bilan

Vaccination contre le covid-19 à Faranah : des efforts remarquables ont été faits (DPS) !

A VPN is an essential component of IT security, whether you’re just starting a business or are already up and running. Most business interactions and transactions happen online and VPN

A l’échelle du pays, la préfecture de Faranah – 430 km de Conakry – a vécu la pandémie liée au coronavirus : une dizaine de cas positifs enregistrés dont un mort à déplorer. Depuis 8 mois, la campagne de vaccination a été lancée à l’ENI, sous l’autorité de l’ancien gouverneur de la région ; élargie tout de même aux districts et villages. Pour en savoir plus, le Docteur Mamady Balla Condé, chef section prévention et lutte contre les maladies à la DPS de Faranah, répond à Universciences.

Voilà déjà, depuis le mois d’avril dernier, les séries de vaccinations établies sur trois phases sont en marche dans la préfecture de Faranah. « C’est depuis le 24 avril que nous avons commencé cette série de vaccination. Au début, il nous a été assigné trois phases. La première, la première phase qui prenait 3% de la population de Faranah, la deuxième 17% et la troisième 80% », rappelle le Docteur Mamady Balla Condé, chef section prévention et lutte contre les maladies à la DPS de Faranah.

La cible de l’ANSS

Pour atteindre un grand nombre de personnes vaccinées, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS), avait instruit à la DPS des directives pour toucher au moins 168.693 habitants pour une population totale estimée à 344.272.

« Selon l’ANSS, pour une population de 344.272 habitants, la population qui nous a été assignée était de 168.693 habitants. Donc, à ce jour, au titre des premières doses, nous avons pu totaliser 27.121 bénéficiaires. Et au titre des deuxièmes doses, nous sommes à 8.945 bénéficiaires. Quant aux doses uniques, c’est 582 bénéficiaires ; soit un total de vacciné pour le district sanitaire de Faranah, de 36.658 habitants. Par rapport aux vaccins utilisés, au départ, nous avons commencé avec le sinovac ; ensuite l’ANSS, nous a envoyés le sinopharm, l’Astra Zeneca, et en dernier ressort, le Johnson », a expliqué le Docteur Mamady Balla.

Le MAPI mis en place

Pour tout ce qui allait advenir concernant les effets secondaires, dans les opérations de vaccinations ; l’ANSS en collaboration avec les autorités locales ont mis en place des MAPI (manifestation adverse post injection) ; pour une éventuelle riposte contre ceux-ci.

« Par rapport à cela, l’ANSS les a classifiés avec l’OMS en mineur, en modéré et en grave. Le district sanitaire de Faranah totalise 75 MAPI ; parmi ceux-ci, on a le sinovac 5, le sinopharm 19, l’Astra Zeneca 49. Les effets graves parmi les 75, on a eu 2. La couverture vaccinale du district est de 16,1% pour les premières doses et 5,7% pour les deuxièmes doses »,  affirme le Docteur Balla Condé.

La rupture de vaccins est bien réelle

Tout de même le manque de vaccins et de carte de vaccination est à déplorer en ce moment à Faranah, l’information a été remonté à qui de droit, mais jusqu’à maintenant, rien n’est fait à cet effet, car  les populations sont dans l’attente, soit de prendre la première dose ou bien la deuxième.

« Dans le cadre de la disponibilité des vaccins que le niveau central a mis à la disposition du district sanitaire, au niveau de la chambre froide préfectorale, nous sommes à zéro en stock. Par rapport aux 14 centres de santé, il y en a 7 qui sont en rupture ; donc le vaccin manque aujourd’hui dans 7 centres de santé. Par rapport aux cartes de vaccinations covid-19, nous sommes réellement dans le besoin ; j’avoue que les commandes sont parties, mais elles ne sont pas encore honorées par le niveau. La population est réellement dans le besoin, ceux qui ont pris les premières doses n’ont plus accès à leur deuxième dose et ceux qui sont dans le besoin des premières doses ont des problèmes »,s’inquiète le Docteur Condé.

Adhésion massive pour le vaccin

Depuis le lancement de cette campagne de vaccination, suite aux différentes sensibilisations qui ont été faites, l’adhésion de la population à se faire vacciner a connu un record.

« Un plaidoyer a été fait respectivement au niveau Gouvernorat, au niveau préfecture, dans les sous-préfectures ainsi qu’avec les autorités locales. C’est suite à ce plaidoyer, que la population a eu le sentiment d’adhérer à la vaccination. Et depuis ce, il y a un vrai engouement de la population », a souligné le Docteur Mamady Balla Condé.

L’attente des citoyens est pressante

Il est important que l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, trouve solution à ce manquement de vaccins qui presse l’attente des citoyens à prendre la première dose ou compléter la deuxième, qui s’imposent comme une nécessité en ce moment de pandémie liée au coronavirus.

 

 Amadou Dari Diallo

Partagez l'Article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Telegram
WhatsApp
Email
Oumar Bagou

Oumar Bagou

Autres articles

Pèche

Élevage

INTERVIEWS

WEB RADIO

GalErie

Suivez-nous