dimanche 16 juin 2024 :
Quelle est la cause de la lumière aperçue dans le ciel à Conakry et dans certaines villes de Guinée ?
Journée mondiale de l’environnement, suspension de la coupe, du transport de bois en Guinée
Guinée / Technologie : Alhassane Diallo et son jumeau se lancent dans la création d’un réseau social « complet »
La place des femmes dans l’intégration de la technologie du biodigesteur comme alternative
Secteur des pêches en Guinée : quelle approche pour mieux lutter contre la pêche INN ?
Mangrove : un écosystème vital en péril dans la zone côtière guinéenne

Guinée : 126 000 personnes vivent avec le VIH/SIDA, une vraie préoccupation pour le CNLS 

Le Comité national de lutte contre le sida (CNLS) de la Guinée a tenu une conférence de presse ce mercredi 22 novembre 2023, mettant en lumière les résultats du rapport mondial 2022 de l’ONUSIDA sur la riposte au VIH/SIDA. 

Alors que les nouvelles infections au VIH/SIDA ont enregistré une diminution mondiale de seulement 3,6% par rapport à 2020, cette réduction modeste souligne la plus faible baisse annuelle depuis 2016.

Amélioration remarquable

Malgré cette tendance, la Guinée montre une amélioration notable, avec une prévalence actuelle de 1,5%, marquant une baisse significative comparée aux 1,7% des années précédentes. Le nombre estimé de personnes vivant avec le VIH dans le pays s’élève à 126 000 en 2023, selon le CNLS qui cite des données du logiciel Spectrum.

Le secrétaire exécutif du Comité National de Lutte Contre le Sida, le Dr Abass Diakité, a souligné : « la féminisation croissante du VIH/SIDA dans le pays, note une prévalence de 1,6% chez les femmes par rapport à 1,3% chez les hommes. Il faut également mettre en évidence des disparités régionales, avec Conakry en tête en raison de son caractère cosmopolite, suivie par Boké en raison des activités minières. »

Le Dr Job Sagbohan, directeur pays ONUSIDA, a souligné les progrès considérables dans la lutte contre le VIH, notamment grâce aux antirétroviraux (ARV) et aux avancées technologiques. Cependant, il a averti que :  « le combat n’est pas encore terminé, puisque 39 millions 200 mille personnes dans le monde sont actuellement sous ARV. »

La voie à suivre

Le rapport de l’ONUSIDA indique clairement la voie pour mettre fin à l’épidémie du VIH-SIDA d’ici 2030, mais le Dr Sagbohan insiste sur « la nécessité de renforcer les communautés pour maintenir les progrès réalisés. Dans un contexte mondial, les femmes et les filles restent disproportionnellement touchées par le VIH, représentant 63% des nouvelles infections en 2021. Des efforts ciblés sont nécessaires pour inverser cette tendance, surtout parmi les adolescentes et les jeunes femmes, où les nouvelles infections sont trois fois plus élevées que chez les hommes du même âge. »

Nécessite de redoubler d’efforts

Depuis 2010, la baisse des nouvelles infections à VIH chez les jeunes hommes a été plus marquée que chez les jeunes femmes. Cependant, il est essentiel de continuer à concentrer les efforts sur toutes les tranches d’âge pour atteindre l’objectif commun d’éliminer le VIH/SIDA en tant que problème de santé publique d’ici 2030.

Amadou Dari Diallo

Partagez l'Article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Telegram
WhatsApp
Email
Oumar Bagou

Oumar Bagou

Autres articles

Pèche

Élevage

INTERVIEWS

WEB RADIO

GalErie

Suivez-nous