Forécariah : le covid-19 a fait du mal aux activités des femmes

La pandémie liée au coronavirus a peut-être un impact généralisé au pays, mais ses répercussions ne sont pas les mêmes pour tous. On constate qu’elles se font sentir chez les femmes, à tel point que, Mama Aissata Conté, entrepreneuse à Forécariah, décrit la situation économique actuelle pour Universciences comme une récession au féminin.

Les femmes entrepreneures ressentent tout particulièrement les pressions causées par le covid-19 du fait qu’elles dirigent en général de plus petites entreprises ou bien sont travailleuses autonomes. De plus, elles disposent de moins de capital et sont largement concentrées dans le secteur des services, plus durement touché par la pandémie. « Dans notre entreprise, le covid-19 a beaucoup joué sur nous. Parce que les produits que nous revendons, c’est avec les gens. Après la production, si on ne trouve pas ces gens en place, donc, cela ne devient pas facile d’écouler les produits. En ce moment, on gagne difficilement les commandes qu’on gagnait avec la commune et d’autres gens de la préfecture, mais le covid-19 est venu gâter tout », a expliqué Mama Aissata Conté, entrepreneuse à Forécariah.

La persévérance pourrait aider les femmes entrepreneuses

Avant la pandémie et de surcroît maintenant, les inégalités structurelles auxquelles les femmes faisaient face étaient bien connues, et ce, de l’écart salarial au manque de capital et de ressources pour démarrer et faire croître des entreprises. La résilience aidera-t-elle les femmes entrepreneures tandis que l’économie s’ouvre à nouveau ? « On s’organise en nous donnant les mains, en faisant des cotisations par personne, pour qu’on puisse aider nos mamans, nos sœurs, nos frères et nos enfants, par rapport à cela. Actuellement, nous sommes dans l’agriculture, on a 3 hectares de riz, que nous avons cultivé, on attend le moment venu, pour procéder à la récolte », souligne Aissata.

Le soutien des autorités politiques et les ONG

A pareil moment, le gouvernement et des Institutions internationales se doivent de venir en aide aux PME, aux groupements agricoles… ont-ils joué le rôle qui est le leur ? « Nous avons eu 3 dons au niveau de l’Etat et aussi avec les ressortissants de la préfecture. Ceux-ci nous ont beaucoup aidé financièrement, en nous à avoir les semences », a reconnu Conté.

Un grand effort de sensibilisation

Diriger une entreprise n’est pas une tâche facile lorsque les choses vont bien. Ce l’est encore moins maintenant que le covid-19 est là pour chambouler tout et évidemment vu les obstacles auxquels on doit faire face au quotidien. Dans le cadre de la maladie qui sévit toujours à Forécariah, la structure à axée son effort à sensibiliser les uns et les autres à cet effet. « Mon groupe et moi avons organisé des sensibilisations par rapport à cette maladie. Donc, on a sensibilisé quartier par quartier les gens, et par ailleurs, nous avons toutes pris nos 2 doses de vaccins », affirme la jeune entrepreneuse.

Respecter les mesures sanitaires aidera mieux à éradiquer le virus

Pour se débarrasser éventuellement, la préfecture de Forécariah, du covid-19, Mama Aissata Conté, appelle tout le monde à respecter strictement les gestes barrières dans lesquels, le salut se trouve pour un retour à la vie normale : « cela dépend de la compréhension des gens. En tout cas, au sein du groupement, nous portons nos bavettes, nous respectons les gestes barrières et la distanciation sociale. Ainsi, nous demandons à tous de faire de même. »

 

Propos recueillis par Alpha Oumar Bagou Barry

Décryptage : Amadou Dari Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *