Diabète de l’enfant : le professeur Naby Moussa Baldé, apporte des éclaircies sur la maladie

Le nombre de cas de diabète de type 1 varie fortement chez l’enfant. En Guinée, ce sont près de 900 enfants recensés qui vivent avec cette maladie qui nécessite une prise en charge efficace. Bien que des cas de diabète de type 2, autrefois réservés aux adultes, apparaissent désormais chez les plus jeunes. Autour des symptômes, du dépistage, du diagnostic et de la prise en charge ; le professeur Naby Moussa Baldé – chef service diabétologie au CHU de Donka, chef de la division maladies non transmissibles au Ministère de la santé, président de la fondation diabète maladies non transmissibles – a reçu Universciences, pour apporter des éclaircies sur cette maladie.

L’annonce d’un diabète de type 1 (insulino-dépendant) chez un enfant provoque généralement un choc chez ses parents : outre les conséquences médicales de cette maladie, sa prise en charge complexe qui nécessite un traitement à vie est une source d’angoisse supplémentaire pour eux. Dans l’imaginaire collectif, les enfants ne peuvent pas être diabétiques, alors que même les nouveaux nés peuvent l’être.

« Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui se caractérise par une disparition de la production d’insuline par le pancréas. En conséquence, l’organisme n’arrive plus à faire baisser le taux de glucose dans le sang et l’enfant touché par cette maladie souffre d’hyperglycémie chronique, » explique le professeur Naby Moussa Baldé, chef service diabétologie au CHU de Donka.

Les symptômes du diabète chez l’enfant

L’enfant atteint d’un diabète de type 1 manifeste plusieurs signes caractéristiques, mais encore trop peu de parents établissent un lien avec cette maladie. « Si l’enfant a toujours soif, il urine très fréquemment et en grande quantité, il se remet à faire pipi au lit, c’est que la maladie fait signe. Avec cette attitude, si l’hyperglycémie se prolonge, l’enfant peut souffrir de nausées, de douleurs abdominales ou être pris de vomissements. En cas d’acidocétose avérée, il présente un état de fatigue extrême, il perd du poids, il peut même avoir des troubles de la conscience, qui conduisent à la mort, » détaille le chef de la division maladies non transmissibles au Ministère de la santé.

Un diagnostic encore trop tardif

Avec près de 900 enfants de moins de 0 à 5 ans, et une progression de 60% ; le diabète de type 1 devient une maladie en pleine expansion. D’apparition brutale, son diagnostic est aujourd’hui beaucoup trop tardif : dans plus de 40% des cas, l’enfant est conduit aux urgences alors qu’il présente déjà une acidocétose. « Cette complication, qui peut survenir en quelques heures seulement, est particulièrement grave puisqu’elle peut conduire au décès de l’enfant. Elle correspond à l’accumulation de corps cétoniques dans le sang, résultant elle-même d’une hyperglycémie supérieure à 25 g/l, » prévient le président de la Fondation diabètes maladies non transmissibles.

Un retard dans la prise en charge du diabète de l’enfant

Force est de constater que les professionnels de santé ne mesurent pas suffisamment le degré d’urgence face à un enfant diabétique. Car l’enfant, contrairement à l’adulte, ne dispose pas de réserves lui permettant d’économiser de l’énergie et son mécanisme de régulation est, de ce fait, bien plus limité. « Plusieurs études ont montré que les examens au laboratoire retardent la prise en charge et sont facteurs prédictifs d’une acidocétose inaugurale, alors que le diagnostic a été évoqué et qu’il suffit de mesurer la glycémie capillaire ou de rechercher la glycosurie avec une bandelette pour diriger immédiatement l’enfant vers une urgence hospitalière, » se désole le professeur Baldé.

Autre élément à prendre en compte : les infections à répétition dont l’enfant est victime jusqu’à l’âge de 6-7 ans. Bien que banales, « ces maladies à savoir le rhume, les gastroentérites, la bronchite vont rendre plus difficile le contrôle du diabète déséquilibré par le stress et la maladie en question, » souligne le professeur Naby Moussa.

Les idées reçues à combattre dans le diabète de l’enfant

Le diabète de type 1 n’est pas lié à une consommation excessive de sucre et de bonbons, ni à un éventuel surpoids. Il est dû  au fait que le glucose est « mal rangé dans le corps, non au fait qu’il y en ait trop, » insiste le professeur Naby.

A partir de quel âge un enfant peut être atteint du diabète, une maladie auto-immune caractérisée par un excès de sucre dans le sang ? « Dès la naissance, il peut présenter un diabète néonatal, une forme génétique très rare. Mais les enfants touchés sont dans leur quasi-totalité atteints d’un diabète de type 1 qui peut apparaître dès 6 mois, » conclut le professeur Naby Moussa Baldé.

 

 Amadou Dari Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *