mardi 29 novembre 2022 :
Santé Publique : des professionnels ont échangé durant 2 jours sur les possibilités de renforcement du secteur
Occupation anarchique sur les bas-fonds à Conakry : une réelle menace de la biodiversité
COP27 : un ouf de soulagement pour les pays du sud, mais aucune avancée sur les émissions.
Enseignement supérieur : l’ANAQ présente ses résultats d’évaluation, l’UGANC affiche le vert  
Les macroalgues, une ressource encore inexploitée au Sénégal
Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique : le Dr Mamadou Péthé Diallo dresse son bilan

Covid-19 en Guinée : le trafic de fausses cartes de vaccination n’a pas facilité la lutte contre la pandémie.

A VPN is an essential component of IT security, whether you’re just starting a business or are already up and running. Most business interactions and transactions happen online and VPN

Depuis plus de deux ans, la Covid 19 sévit un peu partout à travers le monde, faisant plusieurs millions de décès. En Guinée, le virus a causé la mort d’au moins 440 personnes selon les chiffres officiels.

La lutte pour éradiquer le virus continue à travers notamment des campagnes de sensibilisation mais aussi la vaccination de masse. Vaccination qui ne se fait pas sans difficulté sur le terrain à cause des réticences de certaines populations. Pour encourager les citoyens à prendre leur vaccin, le gouvernement guinéen est allé jusqu’à interdire l’accès de tous les bâtiments administratifs à toute personne non vaccinée.

Une démarche qui a porté ses fruits !

Si dans un premier temps les centres de vaccination n’accueillaient pas du monde, l’approche du gouvernement a incité les populations à aller se faire vacciner. Il fut un moment pendant lequel, malgré la variété de vaccins (Pfizer, AstraZeneca, Spoutnik-V, Johnson and Johnson etc), des ruptures de stock ont été enregistrées dans certains centres de vaccination entre fin juin et mi-juillet 2021. « Nous avons enregistré un taux considérable de personnes vaccinées grâce à cette approche. Parce que beaucoup de citoyens qui devaient passer par l’administration publique pour régler leur affaire n’avaient pas le choix que de prendre leur vaccin et donc se munir de leur carte de vaccination » a expliqué Jean Traoré, chef d’unité communication et médias à l’agence nationale de sécurité sanitaire. Toutefois pendant cette période, un phénomène s’est invité dans la lutte contre le coronavirus.

 Le trafic de fausses cartes de vaccination

Cette pratique était monnaie courante chez plusieurs citoyens hostiles au vaccin contre le coronavirus. En complicité avec des agents de vaccination, certains ont pu se procurer une carte de vaccination sans prendre la moindre dose de vaccin. « Personnellement j’ai eu une urgence à régler et il me fallait une carte de vaccination. Je suis passé par un ami médecin qui est agent vaccinateur, il m’a aidé à avoir une carte de vaccination sans prendre le vaccin » a témoigné à notre micro un citoyen interrogé dans la capitale Conakry et qui a bien voulu garder l’anonymat.

Le trafic de fausses cartes de vaccination a rendu la lutte contre le coronavirus plus difficile. Sur le terrain, le trafic était si bien organisé et donc difficile à éliminer.

Une première catégorie étaient des photocopies de cartes que des citoyens faisaient eux-mêmes en complicité avec des agents vaccinateurs qui leur fournissent une carte vierge. Il y avait aussi des cartes bien remplies par des agents vaccinateurs dont les données sont introduites dans la base de données et vendues ou offertes à des proches qui ne veulent pas prendre le vaccin. En réalité ce sont de vraies cartes mais détenues pars des citoyens non vaccinés. Et l’agence nationale de sécurité sanitaire était bien au courant de cette pratique et des mesures ont été prises pour limiter les dégâts.

« Nous avons malheureusement remarqué la circulation de fausses cartes de vaccination. Pour les cartes photocopiées, c’était facile de les détecter parce que la signature du directeur de l’ANSS n’apparait pas comme sur les cartes d’origines. Mais la deuxième catégorie, c’était un peu difficile mais nous avons pu trouver une solution pour diminuer le trafic. En fait nous avons envoyé des enquêteurs, et si nous donnons un nombre de flacons à un groupe de vaccinateurs, nous savons que cela correspond à combien de personnes vaccinées. Dans certains sites de vaccination les chiffres ne correspondaient pas, c’est comme ça que nous avons pu arrêter certains agents de vaccination et ils ont été jugés et condamnés » a expliqué Jean Traoré, chef d’unité communication et médias à l’agence nationale de sécurité sanitaire.

Depuis mars 2020, date de la notification du premier cas de Covid en Guinée, près de 37 000 personnes ont été testées positifs selon l’agence nationale de sécurité sanitaire.

 

Alpha Oumar Bagou BARRY

Partagez l'Article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Telegram
WhatsApp
Email
Oumar Bagou

Oumar Bagou

Autres articles

Pèche

Élevage

INTERVIEWS

WEB RADIO

GalErie

Suivez-nous