Covid-19 à Boffa : « la pandémie est passée par là avec moins d’incidence » Isaac Kolié

Le nombre de personnes touchées par le coronavirus reste moins important dans  la préfecture de Boffa : quatre cas confirmés guéris, les salles réservées pour les malades atteints du virus sont vides ; aucun décès n’a été notifié. Comment expliquer cette faible circulation du virus ? Kaman Isaac Kolié, le directeur de l’hôpital préfectoral de Boffa, répond à Universciences.com

Située à 150 km au nord-ouest de Conakry, la préfecture de Boffa est celle que le covid-19 a le plus épargné depuis le début de l’épidémie. La faible densité démographique pourrait jouer un rôle important en ce sens que les territoires ruraux où il y a finalement peu de monde et donc sans doute moins de contacts que dans les grandes villes.

Une sensibilisation de taille

Pour Kaman Isaac Kolié, la sensibilisation organisée bien avant l’arrivée du virus aura porté ses fruits : « Covid-19 à Boffa, c’est inquiétant, ce n’est pas inquiétant parce qu’on était déjà alerté au moment que nous étions en phase d’alerte. C’est Boffa qui a été la phase pilote à prendre des dispositions pour l’alerte ; parce que nous avions été la première structure à organiser en commun accord avec les autorités locales, la première campagne de sensibilisation au moment que le covid-19 n’était pas encore arrivé en Guinée. Et aujourd’hui depuis que cette prise de conscience collective a été prise au niveau des autorités locales ; nous même en tant personnels de la santé, des dispositions ont été prises tant en phase d’alerte et tant maintenant qu’en phase de pilote. »

La politique du système de prise en charge mise en place sitôt

La prise en charge des cas de covid-19 dépend de certains facteurs et également de la politique du système de prise en charge mise en place. C’est pour cela que la direction de l’Agence nationale de sécurité sanitaire avait choisie certaines structures qui devaient abriter les centres de prise charge de la covid-19.

« Nous, nous avons une unité de prise en charge des maladies à potentielle épidémique ; nous avons même une équipe qui a été formée pour cela. Mais Boffa ne fait pas partie des centres de pilote de prise en charge. Seulement que nous avons eu des activités bien précises qui concernaient à sensibiliser, dépister et en cas de positivité, envoyer vers les centres qui ont été choisis les plus proches dont Fria et Boké », explique Docteur Kolié.

Et d’ajouter : « par rapport aux tests TDR qui ont été mis à notre disposition, une unité a été créée au niveau du CTEPI qui est le centre de prise en charge. Actuellement, l’ANSS avait déjà disponibilisé plus de 2.600 tests à notre niveau et sur ceux-ci, je peux vous l’avouer que nous avons utilisé plus de 1.025 et parmi ceux-ci seulement 4 personnes ont été dépisté positifs au covid-19″.

Rien n’est encore terminé dans le combat contre le covid-19

Le centre de consultation pour les cas suspects d’infection au coronavirus sera peut-être bientôt  mis en sommeil, car des patients ne s’y présentent pas. On ne dit pas pour autant que tout va bien à Boffa et que tout est terminé. Non, les autorités sanitaires doivent rester vigilantes bien qu’aucune disposition renforcée n’a, pour le moment, été prise par la préfecture.

                                             

Amadou Dari Diallo, de retour de Boffa pour l’AJSG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *