mardi 29 novembre 2022 :
Santé Publique : des professionnels ont échangé durant 2 jours sur les possibilités de renforcement du secteur
Occupation anarchique sur les bas-fonds à Conakry : une réelle menace de la biodiversité
COP27 : un ouf de soulagement pour les pays du sud, mais aucune avancée sur les émissions.
Enseignement supérieur : l’ANAQ présente ses résultats d’évaluation, l’UGANC affiche le vert  
Les macroalgues, une ressource encore inexploitée au Sénégal
Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique : le Dr Mamadou Péthé Diallo dresse son bilan

Comment faire en sorte qu’un bébé arrête de pleurer, selon la science

A VPN is an essential component of IT security, whether you’re just starting a business or are already up and running. Most business interactions and transactions happen online and VPN

Existe-t-il une recette miracle permettant de calmer les pleurs d’un bébé en détresse ? Probablement pas. Cependant, tous les parents seront heureux d’apprendre que les scientifiques pensent avoir trouvé un moyen particulièrement efficace d’apaiser un nouveau-né.

Il n’existe aucun mode d’emploi précis en pédiatrie. Et comme tout parent frustré le sait, il n’existe donc pas de technique magique pour calmer un bébé qui pleure, et encore moins pour l’endormir.

Environ 20 à 30 % des nourrissons pleurent excessivement et présentent des difficultés de sommeil sans raison apparente. Ces signes de détresse provoquent naturellement un stress parental, déclenchant même, dans certains cas, des actes de maltraitance. Bien que plusieurs méthodes d’entraînement au sommeil ou programmes d’éducation parentale puissent apporter une amélioration à long terme de ces pleurs, il n’existe aucune recommandation concluante à ce jour.

Une étude met cependant en évidence une méthode assez simple qui pourrait être plus efficace que d’autres. De quoi donner un petit coup de pouce aux parents désemparés.

Comment faire en sorte qu’un bébé arrête de pleurer ?

Leur méthode s’appuie sur une petite astuce appelée la « réponse au transport ». Celle-ci est observée chez de nombreux mammifères nidicoles (qui dépendent entièrement de leurs parents durant les premiers instants de leur vie). Ces petits, qui naissent incapables de subvenir à leurs propres besoins, sont souvent transportés par leur parents. Ceci a pour effet de ralentir leur rythme cardiaque. Mais qu’en est-il des humains ?

Dans leur étude, publiée dans Current Biology, les chercheurs ont recruté 21 nourrissons et comparé la façon dont ces derniers réagissaient à quatre expériences : être tenus par leur mère qui marchait, être tenus par leur mère alors qu’elle était assise, être allongés dans un berceau à bascule ou être allongés dans un berceau immobile.

Les observations ont révélé un véritable effet apaisant pour les nourrissons tenus pendant la marche et ceux posés dans un berceau à bascule. En effet, ils ont vuleur rythme cardiaque ralentir en seulement trente secondes.

Pour les chercheurs, les mouvements impliqués dans ces deux conditions semblaient refléter la réponse au transport, mais uniquement lorsque les nourrissons étaient en détresse. Sur la base de leurs observations, ils recommandent aux parents concernés de marcher pendant cinq minutes tout en portant le bébé qui pleure, avant de s’asseoir pour le tenir pendant cinq à huit minutes avant de le coucher pour dormir.

Source : sciencepost.fr

Partagez l'Article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Telegram
WhatsApp
Email
Oumar Bagou

Oumar Bagou

Autres articles

Pèche

Élevage

INTERVIEWS

WEB RADIO

GalErie

Suivez-nous