lundi 25 septembre 2023 :
Des journalistes outillés sur la lutte contre la pêche INN en Guinée
Quand le commerce en ligne révolutionne le Shopping en Guinée”
Le département de physique de l’UGANC confectionne une radio portable pour tous
Comment économiser l’énergie dans les ménages en Guinée ? 
Prise en charge des malades dans les structures sanitaires en Guinée, un secteur à soigner
Orientation des bacheliers : pourquoi choisir l’institut des chemins de fer de l’UGANC ?

Biodiversité (Guinée) :  comment assurer un avenir durable de la forêt classée du Mont Béro ?

L’ONG Guinée Écologique, en partenariat avec BirdLife International, a procédé ce mardi 12 juin à Conakry, au lancement du projet visant à protéger et à restaurer les habitats des espèces végétales et animales menacées de la forêt classée du Mont Béro en adoptant un modèle de cogestion avec les communautés locales. L’objectif est de promouvoir l’agriculture durable, les alternatives socio-économiques, et l’utilisation durable des ressources.

La forêt classée du Mont Béro s’étend sur 26 850 hectares. Elle est située à 890 km de la capitale Conakry, dans la région de N’zérékoré, dans sud de la Guinée. Le Mont Béro est l’une des forêts classées les plus importantes de la république de Guinée en raison de sa biodiversité et de sa capacité à séquestrer le carbone. Elle abrite 14 espèces végétales menacées. BirdLife International accompagne Guinée Écologique dans son portefeuille de projets pour la Guinée, en mettant l’accent sur la préservation de l’environnement.

image 2

L’écosystème est menacé 

La forêt classée du Mont Béro, un site d’une importance capitale pour sa biodiversité, est menacée par diverses activités qui dégradent l’écosystème. Ainsi, ce projet s’articule autour de quatre composantes de travail selon le directeur adjoint BirdLife International.

”Nous nous concentrerons sur la recherche pour évaluer la biodiversité et la richesse de l’écosystème en réalisant des études préliminaires, notamment sur le marché du carbone, afin d’assurer un financement durable et une compensation autour du Mont Béro ; la restauration, qui nous permettra de reconstituer les zones dégradées avec un objectif de 100 hectares ; l’appui au centre forestier de N’zérékoré et aux communautés locales pour une meilleure gestion de cet écosystème, impliquant un suivi et un travail de longue haleine avec les communautés locales pour créer des opportunités génératrices de revenus et développer une nouvelle chaîne de valeur“, explique Jean Baptiste Defontaine, Directeur adjoint de BirdLife International pour l’Afrique.

Le coût du projet 

Ce projet est financé à hauteur de 600 000 euros, soit plus de 5 milliards de francs guinéens, pour une période de 3 ans. Lors de l’atelier de lancement du projet “Assurer un avenir durable de la forêt classée du Mont Béro”, la ministre de l’Environnement, Hadja Safiatou Diallo, a salué cette initiative de Guinée Écologique et BirdLife International, et a réaffirmé que son département est prêt à accompagner ce type de projet. “Les objectifs de ce projet s’inscrivent parfaitement dans la vision stratégique du ministère de l’Environnement et du Développement Durable, car il vise à concilier le développement économique, la conservation de la biodiversité et la lutte contre les changements climatiques. Soyez assurés que le ministère de l’environnement et les autorités à tous les niveaux seront à vos côtés pour la réussite de ce projet ” souligne la ministre.

Les enjeux du choix du Mont Béro 

Le choix du site du mont Béro, en raison de son importance en tant que zone tropicale essentielle pour les plantes, renforce l’importance de cette initiative. “Le lancement de ce projet aujourd’hui a permis de réunir les parties prenantes clés, notamment les organisations de conservation, afin de favoriser les échanges, le partage d’expériences et de connaissances nécessaires pour atteindre les résultats escomptés. De plus, il facilitera la collaboration avec les communautés locales et les services publics tels que le Centre Forestier de N’Zérékoré”, explique Mamadou Diawara directeur exécutif de Guinée écologie. 

Il convient de noter que des inventaires écologiques complets du mont Béro seront réalisés au début et à la fin du projet, ce qui permettra de recueillir des données détaillées sur les espèces présentes et leur état de conservation. Cette collecte d’informations précieuses contribuera à orienter les actions de préservation et à évaluer l’impact du projet sur la biodiversité de la région.

Fanta Barry 

Partagez l'Article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Telegram
WhatsApp
Email
Oumar Bagou

Oumar Bagou

Autres articles

Pèche

Élevage

INTERVIEWS

WEB RADIO

GalErie

Suivez-nous