Le coronavirus a résolument changé les habitudes d’informer chez CIS MEDIAS

Les médias guinéens, n’ont pas été épargnés des conséquences de la crise sanitaire dû à la pandémie de coronavirus. Au groupe de presse CIS MEDIAS, le coronavirus est encore passé par là avec ses restrictions obligatoires. A cause du virus, les programmes habituels du groupe ont changé de trajectoire, durant des mois, pour éviter au personnel de contracter le virus.

Alors que changer sa façon de travailler au quotidien n’a pas empêché le groupe de presse de s’acquitter de la mission d’informer. Le directeur de l’information de CIS MEDIAS, Lamine Bah, explique comment la continuité du travail de son équipe a été assurée.

« Nous avons dû nous adapter pour faire face à cette pandémie, dans un premier temps, on a pris des mesures pour éviter la propagation de la maladie. Et sensibiliser tout le personnel, pour que les gestes barrières soient respectées, et qu’on prenne le moins de risque possible, » c’est par ces mots que Lamine Bah a commencé l’entretien.

Pour vraiment protéger le personnel, la fréquentation à la rédaction a été réduite pendant un long moment. « Nous avons désinfecté tout le bâtiment. En ce qui concerne le travail, on n’a dû s’adapter à la situation, en réduisant le train de travail. En instaurant un système de roulement pour éviter qu’il y ait beaucoup de personnes en même temps. Il fallait réduire aussi, les émissions, le nombre de personnes sur le plateau. Tout cela pour limiter la propagation de cette maladie, » explique notre interlocuteur.

A la question de comprendre s’il ya eu de pertes d’emploi, de congé technique ? Le directeur de l’information rassure, Lamine Bah : « chez nous, il n’y a pas eu licenciements. Personne n’a perdu son emploi, à cause de cette pandémie. Par contre, on n’a aménagé des congés à des moments critiques de la pandémie, pour que le personnel soit mis à l’abri. »

Pour la reprise des activités au sein de la rédaction pour le bon fonctionnement de la grille de programme, Lamine Bah, est confiant que petit à petit les choses vont rentrer dans l’ordre : « pour cette reprise, nous renforçons les mesures barrières, nous évitons tous les déplacements non indispensables, et aussi de faire venir du monde dans nos locaux. Et ça reprend progressivement. »

Certes, le coronavirus a poussé beaucoup de rédactions à fermer ses locaux pour un tant soit peu, mais chez CIS MEDIAS, le travail ne s’est jamais arrêté. Seulement, selon le directeur de l’information, la rédaction s’est adaptée à la réduction du personnel non indispensable, et réorganiser le programme également. On le rappelle, depuis l’apparition de la pandémie en Guinée en mars 2020, plus d’une dizaine de journalistes guinéens ont été infectés par le Covid-19.

                        

Propos recueillis par Hadiatou BARRY

Décryptage : Amadou Dari DIALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *