Covid19 : la Guinée introduit la vaccination dans ses stratégies de lutte contre le virus

La Guinée à l’instar de plusieurs pays du monde souhaite vacciner sa population pour mettre fin la pandémie de coronavirus. L’annonce à été faite ce mardi lors d’une conférence de presse organisée par l’agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS).

Pour l’instant 25 personnes ont été vaccinées et n’ont présenté aucun effet secondaire, à en croire Dr
Sakoba Keita. Confiant, le directeur général de l’agence nationale de sécurité sanitaire a tenu à expliquer le bien fondé de commencer la vaccination par les autorités du pays. Selon lui, la Guinée n’est pas à sa première expérience de commencer par vacciner les autorités. Il s’agit de montrer le bon exemple, dit-il.

« En décembre dernier, un plan de vaccination à été élaboré avec l’appui de l’OMS, de l’UNICEF et les autres partenaires comme l’OIM… bref, tous les partenaires impliqués dans la lutte contre le coronavirus en Guinée et d’autres départements sectoriels. Aussi, la Fédération de Russie a fait un geste à la Guinée en l’offrant de façon symbolique 55 doses de vaccins Spoutnik qui est parmi les candidats vaccins les plus avancés pour pouvoir faire une vaccination expérimentale. Cela a démarré le 30 décembre dernier, nous avons vacciné 25 personnes qui n’ont manifesté aucun effet secondaire notable. Nous pensons que le 19 janvier prochain, ils vont recevoir la deuxième dose » se réjouit docteur Sakoba Keita.

Quelles perspectives ?

Plus loin, Docteur Sakoba Keita a dégagé les perspectives au niveau de son institution dans le cadre de
l’obtention de plusieurs autres doses de vaccins avec les pays. Des perspectives qui s’annoncent très prometteuses. « Nous sommes entrain de négocier aussi l’acquisition de ces vaccins. On a une très bonne nouvelle de la part de nos partenaires (OMS et UNICEF) qui nous ont annoncé que notre plan de vaccination contrairement à ce qu’on nous avait dit, le vaccin ne pouvait être disponible que vers la fin du deuxième trimestre de cette année, on nous a informé que ce délai va être raccourci à la fin du mois de janvier début février.

Nos partenaires OMS et UNICEF sont entrain de mettre les bouchées doubles pour que ce délai raccourci soit respecté pour anticiper notre Campagne de vaccination. Nous sommes également entrain de négocier avec la fédération de Russie pour que nous puissions obtenir une dotation initiale beaucoup plus importante du vaccin Spoutnik a fin de vacciner la population. L’autre chose, c’est la République Populaire de Chine. Certains vaccins candidats chinois sont parmi les vaccins candidats les plus avancés pour que nous puissions trouver les voies et moyens pour les acquérir également » a t-il ajouté.

Depuis l’avènement du coronavirus en Guinée le 12 mars 2020, les autorités sanitaires n’ont ménagé aucun effort pour freiner l’élan du virus. Passant d’une stratégie à une autre, d’une expérience antérieure à une autre, la Guinée reste parmi les meilleurs élèves dans la lutte contre cette maladie. Même si tout n’est pas rose, le premier responsable de l’agence nationale de sécurité sanitaire s’est félicité des efforts dans cette offensive globale engagé contre la pandémie.

« Si l’année 2020 à été très éprouvante pour la Guinée depuis le début de la pandémie en mars, on a utilisé beaucoup de nos stratégies qui ont suscité par fois des réticences où même des révoltes pour pouvoir contrôler cette maladie. Certes il y a eu des résultats très encourageant qui ont été obtenus. Pour citer que quelques indicateurs, premièrement, au début de la pandémie, on était à un taux de positivité de près de 50% , en décembre 2020, ce taux est tombé au tour de 2%. Deuxièmement, le taux d’occupation des nos lits par les malades de covid-19 était arrivé jusqu’à 60% mais, ce taux était en décembre 2020 au tour de 15%. Le troisième indicateurs que nous avons évalué c’est le taux d’occupation des malades graves mis en réanimation, à un moment donné, on était à 80% du taux d’occupation mais heureusement en ce moment on est au tour de 20 % » explique le Docteur Sakoba Keita

Si les gestes barrières ont été la condition essentielle pour arriver à ces résultats concluants, le constat est amère à ce jour. Pas de distanciation sociale, pas de port de masque, pas de lavage des mains dans la plus part des endroits publics. Pourtant le covid-19 est bien présent. D’ailleurs, une nouvelle souche plus virulente du coronavirus vient d’être découverte dans plusieurs pays. « Force est de constater qu’en ce début 2021, la transmission communautaire continue, le taux depositivité commence à monter » regrette Dr Sakoba Keita.

De l’espoir !

Pour une réponse beaucoup plus accélérée, face aux défis actuels du coronavirus, la Guinée s’est engagée dans une autre nouvelle stratégies « la vaccination ». Une stratégie qui jusque là s’est révélée efficace dans la lutte contre les épidémies en Guinée tout comme ailleurs dans les autres pays. « Jusque maintenant, la Guinée n’avait pas introduit un vaccin contre la pandémie de covid-19. Nous pensons que c’est un cadeau de nouvel an qui va nous donner le souffle dans nos efforts de contrôle de cette maladie. Je suis sûr que ces vaccins pourront nous aider à contrôler définitivement au courant de l’année 2021 probablement pour pouvoir éliminer » espère le DG de l’ANSS.

Les partenaires techniques financiers se disent déterminés à accompagner la Guinée dans la concrétisation de cette nouvelle stratégie visant à éradiquer la pandémie de coronavirus en Guinée.

Mamadou Kindy BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *