Covid-19 à Labé : Dr Abdoulaye Tounkourouma, chef section prévention des maladies à la DRS nous dit tout

Alors que les cas de covid-19 se multiplient dans la région de Labé, Dr Abdoulaye Tounkourouma Baldé, médecin de santé publique, chef section prévention et lutte contre les maladies à la direction régionale de la santé de Labé, revient dans cette interview accordée à universciences.com, sur la situation globale de la pandémie de covid-19 dans sa région. Plus loin, il dépeint les difficultés auxquelles les autorités sanitaires sont confrontées dans la lutte contre cette pandémie.

Universciences : Quelle est la situation globale de la pandémie de covid-19 dans la région de Labé ?

Dr Baldé : Je peux vous dire qu’au niveau de la région administrative de Labé, grâce à la mise en place du dispositif de prise en charge et de surveillance pendant l’épidémie d’Ebola, au niveau de toute la région administrative de Labé, nous avons des centres de prise en charge de toutes les maladies à potentielles épidémiques. A l’avènement de la pandémie de coronavirus, dès le début nous avons cherché à décentraliser parce qu’au Foutah djallon, les gens voyagent beaucoup. A Lelouma par exemple c’est des gens qui sont permanemment en Europe et à Koubia, ils sont dans les pays limitrophes tout comme en Europe. A Labé également nous avons des commerçants qui voyagent partout. Nous nous sommes dit, comme il y’a assez de voyageurs, il ne faut pas se concentrer sur la ville de Labé seulement. Le directeur régional de la santé a insisté pour qu’on décentralise les tests de dépistage covid-19. Donc en juillet, immédiatement, dès qu’on a reçus les TDR, après les préalables de formation des agents, on a reçu les intrants, on a fait la décentralisation et la formation des agents au niveau de chaque préfecture. Les agents formés sont rentrés avec les intrants et ont commencé les tests de dépistages. Aujourd’hui, dans toutes les préfectures de la région de Labé la prise en charge se passe sans aucune difficulté ainsi que les tests de dépistages.

Universciences : vous avez formé, équipé et déployé des agents dans chaque préfecture. Alors qu’est-ce que cela a donnée comme résultat dans le combat contre la pandémie de covid-19 ?

Dr Baldé : Depuis juillet 2020 jusqu’au 30 Avril 2021, nous avons eu à tester 8031 personnes. Parmi ces personnes testées, nous avons détecté 643 cas positifs qui ont été hospitalisés.  A la date d’aujourd’hui, je peux vous dire avec la décentralisation de la prise en charge nous avons aujourd’hui 66 personnes malades suivis dans la région.  Pour plus de détail, situation se présente comme suit au niveau de la région : le CTEPI de la Labé a dépisté 439 cas positifs, la préfecture de Mali a testé 108 cas positifs, Koubia a testé 33 cas positif, Lelouma a testé 30 cas positifs et Tougué a testé 33 cas positifs, soit un total de 643 cas positifs de covid-19 dans la région de Labé. Donc tous ces cas déclarés positifs, ont été prises en charge dans les centres de traitement épidémiologiques.

Universciences : Parmi ces cas confirmés de covid-19 dans la région de Labé, quelle est la couche la plus touchée par cette maladie ?

Dr Baldé : Au point de vue genre, les hommes représentent 64% et les femmes représentent 36% des cas confirmés de coronavirus. La tranche d’âge la plus touchées c’est la tranche d’âge de 25 ans et plus. Donc, les moins de 24 ans sont aussi les moins touchés par la pandémie.

Universciences : qu’est ce qui explique la flambée de cas de covid-19 dans la région de Labé ?

Dr Baldé : A vrai dire, cette situation s’explique par le non-respect des gestes barrières, le manque de confiance. Parce qu’il y’a des personnes qui disent que la maladie n’est pas une réalité, d’autres l’assimile la politique ou à un business. Donc, le non- respect des directives édictées par les autorités sanitaires du pays a contribué à propager la maladie dans toutes les préfectures de la région de Labé. Dans la préfecture de Mali par exemple, des cas positifs ont été enregistrés dans la plupart des sous- préfectures qui la compose. C’est pour dire que la maladie se trouve un peu partout parce que les gens voyagent.  L’ors des cérémonies les gens continuent à se serrer les mains comme s’il n’y avait pas la covd-19. Pourtant, les autorités sanitaires à tous les niveaux et les médias sont entrain de sensibiliser mais ce n’est pas facile avec la communauté.

Universciences : quel est votre message à l’endroit des populations de la région de Labé ?

Dr Baldé : Nos populations doivent prendre conscience que la maladie est encore là et arrêter de l’assimiler à la politique ou un business. Car, le virus ne connait pas de parti politique. Nous avons été témoins de la fermeture des aéroports, l’Arabie-saoudite a interdit le pèlerinage pour la première fois dans l’histoire, le monde a été également secoué sur tous les plans. Pour éviter le pire dans la région de Labé, les communautés doivent respecter les gestes barrières et adhérer à la vaccination en cours. Ainsi fait, nous pouvons douter cette pandémie hors de nos frontières et revenir sur nos pratiques habituelles.

 

Mamadou Kindy Bah et Aliou Diallo de retour de Labé pour l’AJSG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *