jeudi 18 juillet 2024 :
Kitikata entre défis climatiques et problème d’accès aux soins médicaux
Guinée : l’ANSS annonce des épidémies dans plusieurs districts sanitaires
Focus sur Docteure Rose Ekambi Kotto, enseignante chercheuse en dermatologie à l’Université de Douala
Que retenir des 5èmes journées scientifiques de la SOGUIDERM ?
Quelle est la cause de la lumière aperçue dans le ciel à Conakry et dans certaines villes de Guinée ?
Journée mondiale de l’environnement, suspension de la coupe, du transport de bois en Guinée

Biodiversité : comment protéger les espèces  menacées dans l’AMP de Tristao ?

Située à 80 Km de la Commune Rurale de Kamsar, relevant de la sous-préfecture de Kanfarandén, Tristao est l’une des îles qui renferme une biodiversité dense. Plusieurs espèces endémiques s’y trouvent. C’est dans ce cadre que Guinée Écologie, a réalisé des activités d ’enquêtes villageoises. Cette enquête consiste à identifier les espèces menacées dans les îles Tristao. 

Cette enquête a conduit l’équipe de Guinée Écologie dans cinq (5) villages dans le but de faire un état des lieux des espèces menacées dans l’AMP de Tristao.

Il s’agit du village de Katfoura, de Campement Katchek, de Kabotou, de Koungha et de Bagadaye.

« Cette enquête consiste à vérifier quelles sont les espèces menacées dans l’AMP de Tristao. Nous avons constaté plusieurs de ces espèces sont menacées et la plupart aussi sont en voie de disparition», indique Aicha Fofana responsable de l’enquête.

Pour toucher du doigt les réalités, les activités ont duré une dizaine de jours. Les espèces menacées sont entre autres « La Raie Manta, la raie marguerite, la raie pastenag, le diable de Bentfin et petit diable de Guinée, le lamantin d’Afrique, la tortue verte, la tortue olivâtre, la tortue lutte, tortue caouanne », ajoute Aicha FOFANA

Pendant l’enquête, les communautés ont été interrogées afin de recueillir leur avis sur les espèces disparues dans l’AMP. Ce qui explique les menaces réelles qui pèsent sur ces iles. 

« Ils ont été très réceptifs, et ils ont expliqué la disparition de certaines espèces dans l’AMP notamment, la panthère, l’hippopotame, le requin sci, la grue couronnée. Il a été également signalé la présence régulière des bateaux étrangers et pirogues de pêches venant de Kamsar et des localités environnantes qui pratiquent la pêche INN, non réglementée et non déclarée. Les agents conservateurs et le comité de gestion de l’AMP, déplorent aussi le manque de moyens pour pouvoir poursuivre ces personnes qui enfreignent les lois », a-t-elle expliqué. 

Parmi ces raies menacées, il y a la raie pastenag dont la piqure est jugée très dangereuse pour les riverains. Les communautés souhaitent éliminer cette espèce à cause de cette dangerosité qu’elle renferme. Sa piqure est assimilable à celle de la morsure d’un serpent et dont les traces dans l’organisme humain peuvent durer plus de 5 mois. Ainsi, des séances de sensibilisations ont été menées pour amener ces populations les enjeux de protection de la biodiversité dans ces localités.

 « Nous avons fait des sensibilisations dans ce sens pour leurs amener à comprendre les enjeux liés à la protection des espèces dans l’AMP de Tristao. Dans l’avenir, il faudra prendre des dispositions pour protéger d’avantage ces espèces », indique Mariama SAVANÉ responsable du projet. 

Ce qu’il faut dire, des focus groupes ont été organisés pendant cette activité.  Des questions sur les espèces menacées, l’existence de certaines espèces par le passé, mais aussi sur les activités socioéconomiques des communautés et leur impact ont conduit cette enquête.

 Aliou DIALLO

Partagez l'Article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Telegram
WhatsApp
Email
Oumar Bagou

Oumar Bagou

Autres articles

Pèche

Élevage

INTERVIEWS

WEB RADIO

GalErie

Suivez-nous