Labé : 1 personne sur 10 souffre de la drépanocytose !

Dans la région administrative de Labé (450 km de Conakry), une personne sur dix souffre de la drépanocytose. Au premier trimestre de 2018, trente-quatre drépanocytaires ont étés reçus au service des urgences de l’hôpital régional. Bien que depuis 2009, l’OMS s’est fixée comme priorité d’accentuer la lutte contre cette pathologie au palmarès des maladies fréquentes en matière de santé publique mondiale : le cancer, le sida, le paludisme.

Les causes de la drépanocytose sont purement génétiques. C’est une anomalie  de l’hémoglobine qui pousse à la perte des propriétés des globules rouges dans leur déformation pour le passage dans les vaisseaux sanguins. La drépanocytose est la maladie génétique la plus répandue dans le monde. Elle se caractérise par des signes fonctionnels tels que la douleur, la fièvre, l’amaigrissement, la paresse etc.

Possible de vivre aussi longtemps avec la drépano

« La drépanocytose étant une maladie liée à une anomalie de l’hémoglobine ; elle a également des conséquences chroniques comme : des complications rénales, des complications pulmonaires, des complications emphatiques vésiculaires, des complications vasculaires qui  peuvent même entrainer les accidents vasculaires cérébraux. En réalité la drépanocytose ne guérit pas ; elle est suivie pour n’est pas  qu’elle se complique. Le drépanocytaire peut vivre aussi longtemps que les hommes normaux à condition que ce dernier ait un suivi particulier et une attention particulière de sa santé, » explique le Dr Alpha Diallo, médecin généraliste à l’hôpital régional de Labé.

La drépanocytose se traite à vie. Elle appartient dans la classe des maladies de longue durée. Elle occupe une place importante des maladies de santé publique, mais malheureusement dans la ville de Labé, il n’existe aucun centre de prise en charge.

« Souvent si on reçoit des malades dans notre service. Nous leur donnons des antalgiques pour soulager les crises, ce médicament lutte contre les douleurs aigues. Par ailleurs, améliorer la prise en charge des malades drépanocytaires est nécessaire. A cet effet, nous sollicitons aux autorités sanitaires de créer un centre de prise charge parce que la drépanocytose est fréquente à Labé,» plaide le Dr Alpha Diallo.

Une maladie invalidante très sérieuse

Vous pouvez côtoyez des gens atteints de la drépanocytose sans le savoir… Alors que les spécialistes sont unanimes de la fréquence de cette maladie dans cette localité de Guinée. Pour le Dr Alpha Diallo, médecin généraliste « La drépanocytose est une maladie héréditaire génétique qui affecte l’hémoglobine.  L’hémoglobine elle-même est une substance qui contient des globules rouges qui permettent de transporter l’oxygène et se déplace en vue du bon fonctionnement de l’organisme. Elle est une maladie invalidante très sérieuse. »

10% en moins meurent de drépano dans le monde

Il est à rappeler que la drépanocytose fait partie des dix pathologies les plus graves, les plus meurtrières. Elle fait aussi partie des cinq principales maladies les plus dangereuses, dont la mortalité est de moins de 10%. La drépanocytose se manifeste sous deux formes dont AS qui est souvent moyen grave et SS qui est généralement grave et mortelle.

Les drépanocytaires sont porteurs de deux formes : AS ou SS

« Si l’un des parents est atteint de drépanocytose et l’autre ne l’est pas ; ils peuvent donner un enfant qui a AS. Et s’ils sont tous les deux drépanocytaires, forcément, ils donneront un enfant qui a SS. Donc c’est en fonction du degré d’atteinte des sujets, aussi bien la femme que l’homme. Et après, elle se manifeste très tôt 3mois après la naissance, » précise Dr Diallo.

Eviter la fraicheur

Etre en bonne santé est un droit universel, mais lorsqu’on est atteint d’une maladie quelconque, le facteur qui contribue pour le patient de guérir est aussi bien la prévention. Ce, pourquoi Dr Diallo invite tous les drépanocytaires « d’éviter la fraicheur, ne pas prendre des médicaments en dehors des prescriptions médicales, chercher à être dans un environnement calme et vivre dans un endroit chaud et boire beaucoup d’eau pour se déshydrater  pour permettre normalement la circulation sanguine dans les vaisseaux. »

Fanta Barry, de retour de Labé pour l’AJSG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *