Vaccin contre le covid-19 en Guinée : Dr Sory Condé nous parle des effets secondaires les plus fréquents !

Les rumeurs les plus folles courent comme une trainée de poudre au sein de la population depuis que certains citoyens guinéens ont pris les premières doses de vaccins prédisposés à lutter contre la pandémie liée au coronavirus. Certains parlent des cas de morts après la prise du vaccin. Quels effets indésirables ont été observés ? Combien de cas graves ont été constatés à l’effet des vaccins ? Y-a-t-il des effets spécifiques après l’injection ? Docteur Sory Condé, chargé d’études au département surveillance de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) apporte des précisions concernant les vaccins. 

Il est normal de ressentir une gêne après l’injection d’un vaccin contre le covid-19. Dès que la seringue pénètre dans votre bras, votre flux sanguin augmente et vos défenses immunitaires se précipitent  sur le virus. Les effets secondaires les plus courants sont la fatigue, les douleurs musculaires, les courbatures, les maux de tête etc.

« Les vaccins comme tout autre médicament, exceptés les vitamines, présentent des effets secondaires. Et le plus fréquent d’ailleurs, c’est la douleur au point d’injection. Parce que nous savons que c’est un corps étranger de fer qu’on enfonce dans le corps de quelqu’un. Donc, ça doit normalement lui faire du mal. Il y a d’autres effets comme les courbatures, celui qui prend le vaccin sans avoir mangé peut donner des vertiges. D’ailleurs, nous avons enregistré une quarantaine cas de ce genre-là, » explique Docteur Sory Condé, chargé d’études au département surveillance de l’Agence nationale de sécurité sanitaire.

Un comité de suivi mis en place pour les cas graves et mineurs

Le département surveillance de l’ANSS a mis en place un comité national de suivi et d’études des cas de personnes vaccinées qui présenteront des effets secondaires graves ou mineurs pour déterminer la vraie cause de la situation. 

« Un malheur ou un problème suite à la vaccination, il ya un comité national de MAPI qui étudie les cas, au cas par cas pour déterminer est ce que c’est effectivement lier à la vaccination ou bien c’est lié à un problème antérieur qui peut donner d’autres explications. Et chaque cas validé, nous avons un protocole de prise en charge, de toutes les personnes ayant présenté les cas de MAPI. Avec les cas d’effet mineur, il suffit de prendre les molécules habituelles comme le paracétamol pour les douleurs pour que ça passe ; pour certains, il suffit juste de se reposer, » fait savoir Docteur Condé.

Chaque injection donne d’effet secondaire à l’organisme

Des effets secondaires surviennent dès à la prise de la 1ere dose et c’est valable pour la 2éme, parce qu’à  chaque injection, la personne reçoit un corps étranger dans son organisme.

« Lorsqu’on réplique 21 jours après la 1ere dose, et qu’on prend la 2eme dose, on peut aussi développer des effets secondaires. Avec, la 1ere dose dans l’organisme, celui-là reconnait ce corps étranger de quoi fait-il, et à se préparer pour l’affronter. Par après des que la 2eme dose est administrée, le combat commence. C’est pour cela il ya des effets secondaires que l’on ressent à chaque dose. Très souvent, ce sont les courbatures qui ont été signalées à notre comité MAPI, » affirme le chargé d’études au département de l’ANSS.

Malgré la réticence de la majorité, 19.547 personnes ont pris les 2 doses du vaccin

Parlant du plan de vaccination suivi du démarrage de la campagne de vaccination de masse, beaucoup de personnes ont pris les 1ere et 2eme doses de vaccins, malgré la réticence d’un grand nombre de citoyens à prendre le vaccin sous prétexte que la vaccination tue. Selon Docteur Condé, depuis la mise en place du plan vaccinal, « du 05 mars dernier à maintenant, il ya 79.450 personnes qui ont bénéficié de la première injection. Et à partir du 31 mars, l’administration de la 2eme dose a commencé et nous avons actuellement 19.547 personnes qui ont été vaccinés des deux doses. »

Personne n’est mort sur le sol guinéen suite à la vaccination

En cette période de campagne de vaccination, l’une des conditions impératives qui aide à mieux maîtriser la propagation du virus, une autre campagne touffue de rumeurs laissent entendre par les dires des gens que des personnes meurent de la vaccination ; le Docteur Sory Condé porte un message rassurant à l’endroit de ses concitoyens : « Je ne peux pas dire que le vaccin ne tue pas. Mais ce qui est réelle pour l’instant, depuis que nous avons commencé cette vaccination, de la phase pilote jusqu’à maintenant, aucune personne n’est morte sur le sol guinéen, et que cette mort soit imputable à la vaccination contre le covid-19. »

 

  Propos recueillis par Mamadou Kindy Bah  

  Décryptage : Amadou Dari Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *