Labé : le grand relâchement des gestes barrières rend difficile la lutte contre le Covid19

Dans la région administrative de Labé – 450 km de Conakry – comme partout en Guinée, le respect des règles sanitaires n’est plus la préoccupation des populations. Alors que les indicateurs de surveillance de l’épidémie frémissent, les autorités sanitaires de la région s’inquiètent de l’abandon des gestes barrières par les communautés.

Si vous croisez quelqu’un dans la préfecture de Labé, il vaut mieux éviter d’évoquer le sujet du respect des gestes barrières encore moins la question relative à l’existence de la covid-19 à Labé. Pour dire, l’application des mesures barrières fait défaut dans cette ville pourtant très ouverte au reste du pays.

Toutes les préfectures de la région ont enregistré des cas

Si ces derniers temps le pays fait face à une deuxième vague de covid-19, le relâchement des gestes barrières est la cause principale du moins d’après les autorités sanitaires du pays. La région de Labé ne fait pas exception parce que dans toutes ses préfectures, des cas confirmés de covid-19 ont été enregistrés. « Ce sont 643 personnes qui ont été testées positives au covid-19 depuis juillet 2020 jusqu’à la date du 30 Avril 2021 », selon les chiffres avancés par la direction régionale de la santé de Labé.

Située dans nord de la Guinée, cette région fait frontière avec deux pays voisins notamment le Sénégal et le Mali. Un aspect très valorisant pour la mobilité des citoyens, mais aussi un facteur de propagation du virus si toutefois la surveillance n’est renforcée. Selon Dr Abdoulaye Tounkourouma Baldé, chef section prévention et lutte contre les maladies à la DRS de Labé, « le non-respect des principes édictées par les autorités sanitaires du pays a favorisé la flambée des cas de covid-19 dans la région de Labé. »

Le covid-19 à Labé est comme une légende

Dans les marchés, les écoles, les mariages et autres cérémonies ; dans les mosquées, les hôtels et restaurants, il n’y a pas de distanciations sociales, pas de lavage des mains, pas de port de bavettes. Dans la ville de Karamoko Alpha mo Labé, la covid-19 est comme les légendes de la Grèce Antique, une histoire que l’on raconte aux enfants. Pire, certains pensent que c’est un business qui rapporte de l’argent pour ses promoteurs ou de la politique du gouvernement pour duper la population guinéenne.

Pourtant très curieusement, la vaccination qui est en cours dans la ville de Labé, chef-lieu de la région administrative refoule du monde, l’engouement est perceptible. A la date du 6 Avril 2021, plus de 3000 personnes ont reçu leur première dose de vaccin contre la covid-19. Mais la question est que le vaccin est-il une solution définitive même si les personnes vaccinées ne respectent pas les gestes barrières après avoir pris les deux doses de vaccins ?

Pour les responsables de la surveillance et de la prise en charge de l’agence nationale de sécurité sanitaire, rien ne garantit une immunité à 100% après s’être vacciné contre le coronavirus.  « Il faut toujours continuer à respecter les gestes barrières pour se protéger contre la covid-19 jusqu’à la déclaration de la fin de la pandémie en Guinée »,conseillent-ils.

Collaboration de la population à se faire vacciner

Pour bouter la pandémie de covid-19 hors de la région de Labé en particulier et de la Guinée en général, Dr Ibrahima Abdoulaye Diallo, directeur préfectoral adjoint de la santé de Labé, appelle la population à une franche collaboration dans l’application des gestes barrières et l’adhésion dans la campagne de vaccination enclenchée le 23 Avril 2021 dans la région de Labé.

 

Mamadou Kindy Bah et Aliou Diallo de retour de Labé pour l’AJSG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *