Le secteur de la pêche « souffre d’un manque d’infrastructures et de cadres décentralisés » Charlotte Daffé, ministre de la pêche

C’est devant un parterre de journalistes que  Charlotte Daffé a soulevé les problèmes existants dans le domaine de la pêche en Guinée. Ce lundi 27 juin, elle est revenue sur sa tournée d’immersion à l’intérieur du pays pour toucher du doigt les difficultés que rencontrent les organisations socioprofessionnelles.

La visite de Charlotte Daffé a permis d’identifier les problèmes à savoir : le manque de structures dans les services déconcentrés dans les débarcadères. L’absence totale de l’administration publique. De Kindia à Zérékoré, le constat est partout le même ; les travailleurs sont en manque de moyens matériels pour pouvoir être plus rentable. L’intérieur du pays est mal approvisionné en poisson. « J’ai mis à profit pour m’assurer du contrôle sanitaire du poisson, qui d’ailleurs ne se faisait pas dans les conditions requises. Les mareyeuses aussi, travaillent en sous-traitance, tout en refusant de travailler avec des partenaires qui ont des licences ici. Et cela rend le poisson moins accessible et plus cher, » affrirme la ministre.

Beaucoup à faire dans ce secteur

Il ya beaucoup à faire pour bien fonctionner à tous les niveaux ce secteur si important, pour prendre des dispositions et corriger rapidement les tares, Charlotte Daffé énumère des pistes de solutions : « Il faut pour un début, meubler les services déconcentrés en faisant de sorte que la pêche soit bien représentée. Nous avons commencé à faire les notes de service pour nommer des gens aux services pour qu’ils puissent mettre en place notre politique de gestion. Et le reste se fera au fur et à mesure. »

Les moyens et la coordination aboutissent à l’excellence

Seulement une bonne coordination entre les services déconcentrés et le pouvoir central suivies de moyens peut régler ces problèmes persistants dans le secteur de la pêche.

 

Amadou Dari Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.