Lutte contre le cancer, le Dr Malick BAH tire la sonnette d’alarme et demande l’aide de l’Etat !

Lutter contre le cancer du sein et du col de l’utérus, c’est  l’objectif que s’est fixé l’Association Guinéenne pour la Lutte contre le Cancer à travers une campagne de dépistage gratuite  lancée le 03 octobre 2019 à Kaporo dans l’enceinte de la clinique Médisar. Dans un entretien accordé à Universciences, le Dr Malick BAH spécialiste de la chirurgie oncologie à l’hôpital Donka, revient sur sur les causes de la maladie et explique le bien fondé de la lutte contre le cancer,

Universciences:  En ce mois d’octobre, un mois de sensibilisation,  de lutte contre le cancer, quelles sont les actions entreprises par votre ONG dans le combat contre le cancer du sein  et du Col ?

Dr Malick :  En cette période de lutte contre le cancer du sein, nous profitons de la disponibilité des femmes pour coupler les dépistages des deux cancer. C’est à dire le cancer du sein et du col de l’utérus.  Donc, les actions que nous menons sont des actions de sensibilisations et de consultations. Nous avons également fait passer des spots publicitaires dans les médias pour amener les femmes à venir dans notre centre (Médisar) pour se faire dépister gratuitement. En même temps, s’il y a des lésions si possible, nous prendrons en charge. Nous lançons un appel solennel à toutes les femmes de venir à la clinique Médisar pour se faire dépister.

Universciences : Quelles sont les causes du cancer du col ? 

Dr Malick : Les causes du cancer sont multiples et multivariées.  Non seulement cette maladie est génétique, elle est dû à l’environnement, et à l’alimentation,  mais aussi les infections qui sont responsables du cancer. Le cancer du col de l’utérus est causé par une infection transmissible sexuellement (ITS) dont l’origine est le virus du papillome humain (VPH). Il existe plus d’une centaine de souches de virus dans la famille des VPH, dont certaines sont plus facilement transmissibles.

Universciences : Le cancer du sein a les mêmes causes ?

Dr Malick : Quant au cancer du sein, c’est dû à la constitution même de la femme et de ses seins. Les femmes qui sont aussi obèses peuvent développer ces maladies pouvant se transmettre de génération en génération. C’est à dire qu’une mère qui a développé le cancer, c’est possible que sa fille aussi attrape cette maladie mais pas nécessairement, c’est un risque qui est possible.

Universciences : Depuis le début de votre campagne, avez vous détecté du cancer chez certaines femmes ?

Dr Malick : Pour l’instant nous n’avons pas détecté le cancer, par contre nous avons détecté des lésions précancéreuses. Ce sont ces lésions qui se transforment en cancer. Mais, comme la campagne continue nous ne pouvons pas vous donner de chiffre pour l’instant. 

Universciences : Par ignorance des symptômes ou par peur certaines femmes refusent de se faire consulter, alors, quels sont les symptômes  du cancer du sein méconnus de la gente féminine?

Dr Malick : Nous disons à toutes les femmes de ne pas avoir peur de venir se faire dépister, c’est gratuit et la prise en charge est gratuite. Nous leurs demandons également qu’une fois qu’elles constatent des anomalies, de venir se faire consulter ou d’aller voir un agent de santé qui pourrait les orienter vers une structure spécialisée. Quand elles constatent des anomalies au niveau de leurs seins ou  une boule à l’intérieur des seins, une plaie sûr les seins, un écoulement anormal ( un liquide qui sort des mamelons), surtout quand elles n’halètent pas, ce n’est pas normal qu’elles aient un écoulement. Donc, tous ces éléments doivent alerter les femmes et les pousser à aller consulter un médecin.

Universciences : Quels sont les risques liés au cancer du sein?

Dr Malick : Comme toutes les autres maladies, c’est le développement de la maladie. Quand le cancer s’aggrave, la prise en charge est très coûteuse, longue et aussi douloureuse. Pour éviter tous ces problèmes, les médecins sont à leur disposition, l’État également. Il s’avère que les moyens sont insuffisants mais nous nous battons pour  favoriser et optimiser la prise en charge de ces femmes.

Universciences : Quel cri d’alarme avez vous à lancer aux autorités sanitaires du pays ?

Dr Malick : Nous demandons à État d’accompagner le service unité d’oncologie, de se battre pour trouver un centre de radiothérapie ce serait un défi. Il y a déjà un médecin radiothérapeute qui est formé, il faut aussi envoyer les médicaments anticancéreux parce qu’en Guinée ce sont les privés qui envoient ces médicaments et c’est très coûteux. Donc ils faut amener, subventionner également les médicaments. Actuellement le Sénégal prend en charge tous les cas de cancer du sein et du col de l’utérus et c’est exactement ce que nous demandons aux autorités sanitaires de ce pays. C’est à dire, d’apporter, de subventionner et d’optimiser la prise en charge des malades dans tout le pays.

Propos recueillis par Mamadou Kindy BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *